Comment évaluer et limiter l’impact écologique d’un trail ?

Emeline

Le trail est plus populaire que jamais ! La course à pied séduit, en France et à travers le monde et le trail n’est pas en reste. C’est désormais une des pratiques hors-stade les plus populaires avec la randonnée et la marche nordique. Cet afflux continuel de nouveaux trailers représente une manne pour les organisateurs. Leurs courses battent des records en nombre et importance chaque année. Le trail est une pratique intimement liée avec la nature. Un trailer comprend bien l’impact qu’il peut avoir sur les environnements naturels et préservés qu’il traverse. Si chacun en envisage l’existence, l’ impact écologique d’un trail reste un sujet rarement abordé. Bien que les trailers soient sensibles à la cause écologique, ils ignorent parfois les possibles conséquences de leur pratique.

Néanmoins, avec des chiffres qui suivent une croissance exponentielle, l’ampleur du phénomène pousse désormais à réfléchir sur l’ impact écologique d’un trail. Dans cet article, nous essayerons d’envisager de manière exhaustive tous les possibles impacts environnementaux qu’un trail peut avoir. L’objet est autant de donner des pistes de progressions aux organisateurs que de sensibiliser les coureurs.

Impact écologique d'un #trail : sensibiliser les organisateurs autant que les coureurs Click To Tweet

Une question essentielle

Chez milepaKr, on est sensible à l’impact écologique et environnemental des activités qu’on entreprend. On sait que notre communauté partage cette attention. L’enjeu était donc de donner une grille de lecture pour comprendre toutes les ramifications qu’implique l’organisation d’un trail. Ainsi, cet article pourra servir de guide lors de la notation d’un trail. Il peut aider à jauger la sensibilité environnementale de ses organisateurs et de son exécution.

Les principales sources de cet article sont les travaux réalisés par l’UTMB qui permettent de mieux envisager toute les possibles modifications du milieu naturel dont une course de plus de 5000 participants (UTMB + CCC + TDS) peut être à l’origine. Pour mieux saisir l’ impact écologique d’un trailer solitaire, l’étude « Comparing hiking, mountain biking and horse riding impacts on vegetation and soils in Australia and the United States of America » publiée en 2009 dans le Journal of Environmental Management a été d’une grande aide.

Toutes les conclusions ne sont cependant pas exportables à la situation en Europe. Le climat et la nature des sols sont bien différents. En effet, en Australie et aux Etats-Unis, la plupart des trails ont lieux dans des réserves naturelles. Il est donc plus aisé de mesurer l’impact qu’ils peuvent avoir sur leur environnement direct. Néanmoins cette étude reste très informative pour cerner les enjeux écologiques d’un trail.

La masse réunie lors d’un événement multiplie les potentiels dégâts environnementaux dont celui-ci pourrait être à l’origine. On a donc décidé de passer un trail au peigne fin pour en dégager les enjeux environnementaux et écologiques majeurs afin que chacun, organisateur, coureur, bénévole ou simple spectateur puisse agir à son échelle pour préserver le cadre apprécié et partagé par tous.

L’ impact écologique d’un trail

Afin de mieux comprendre les possibles impacts écologiques d’un trail, on a décidé de les regrouper en trois catégories : les impacts environnementaux, les impacts sur la faune et enfin le problème des déchets.

Les impacts environnementaux

L’organisation d’un trail est un défi logistique et humain de grande ampleur. En effet, au-delà des coureurs, il y a aussi le public, les intendants et les volontaires. Pour un trail de 500 participants, le nombre de personnes effectivement sur le terrain peut être le double. Tout ce monde pose un premier problème conséquent : le piétinement de la flore. Le problème du piétinement de la végétation n’est plus négligeable quand les courses affichent parfois plus de mille participants. La pratique en zone aride ou hors sentier accentue le phénomène. Dans les parcs naturels américains où le trail est pratiqué, on constate :

  • une surface moins importante recouverte par la végétation,
  • la disparition de certaines espèces de plantes,
  • des changements dans la composition de la végétation,
  • et même l’introduction de nouvelles graines et pathogènes.

Le pb du piétinement de la végétation est central quand les courses affichent >1000 coureurs Click To Tweet

Les zones à risques

Des chercheurs américains s’intéressent à l’impact du trail et d’autres activités en pleine nature sur la propagation des graines. Il semblerait que les tracés des trails agissent comme des couloirs de dispersion des espèces exotiques dans des zones encore relativement préservées. En outre la géographie d’un trail tend à concentrer les coureurs à certains points donnés. Cela crée des zones où le piétinement est d’autant plus problématique. Au point de départ ou aux alentours des points de ravitaillement par exemple, l’impact sur la flore n’est clairement pas négligeable.

D’autre part, le passage d’une masse de coureurs entraîne une véritable redistribution dans la configuration des sols des chemins empruntés par ceux-ci. Cela crée une érosion des terrains qui est accentuée par l’usage des bâtons et les raccourcis hors-sentier qui peuvent être empruntés. Une humidité réduite et une réduction de la litière organique sont constatées dans les parcs naturels américains et australiens. Le problème est d’autant plus important dans les zones humides, les endroits susceptibles de recevoir de fortes pluies ou de la neige. La génération et propagation de la boue entraînent des changements importants dans la configuration des sols. Les conséquences de cette reconfiguration des sols sont cependant très dures à évaluer.

l'impact écologique d'un trail - Nombre d'études rapportant les impacts spécifiques des activités outdoor en Australie et aux USA.
L’ impact écologique d’un trail – Nombre d’études rapportant les impacts spécifiques des activités outdoor en Australie et aux USA.
Une masse de coureurs entraîne des changements importants dans la configuration des sols. Click To Tweet

Le défi du balisage

Enfin, un dernier problème pratique conclue la liste des impacts environnementaux : le balisage du tracé. Les techniques utilisées ont évolué ces dernières années. Plutôt qu’un marquage direct des arbres, on utilise désormais de la rubalise (ruban de signalisation). Malheureusement, les rubans sont souvent laissé tels quel sur le tracé après l’événement. Il faut donc se poser la question de leur dégradation dans un environnement naturel. Il existe désormais des rubalises certifiées biodégradables mais il est difficile de s’assurer que leur utilisation soit systématique.

Ainsi, le tracé doit considérer tous les impacts possibles qu’un trail peut avoir sur la flore afin d’en minimiser la portée. Certains impacts sont difficilement évitables, comme le piétinement ou l’impact sur les sols. Le tout est d’en avoir conscience lors de l’établissement de nouveaux trails. C’est en ayant ces enjeux en tête que les organisateurs pourront optimiser le tracé de leurs événements. Cela leur permettra de minimiser autant qu’ils le peuvent l’impact de la course sur l’environnement qui l’héberge et que l’événement permet de découvrir. Après tout, ce qui réunit tant de coureurs au même endroit, c’est avant tout des paysages uniques qu’ils apprécient et qu’ils cherchent à préserver.

Impacts sur la faune

Il convient tout d’abord de différencier deux types de pratiques : la pratique sur sentier balisé et la pratique hors-sentier. En effet, le sentier est le terrain des hommes, en dehors d’un pic de fréquentation telle qu’une course, la faune s’habitue à la présence d’humain sur les sentiers et s’organise autour. La pratique hors-sentier quant à elle est bien plus problématique : les animaux peuvent être dérangés et les sols abîmés. L’impact vis-à-vis de la faune s’articule autour de deux enjeux majeurs : le dérangement de la faune sauvage et le dérangement des troupeaux domestiques.

Nuit de folies ?

Pour la faune sauvage, l’essentiel du problème est sur l’échelle temporelle : le printemps est la période de reproduction pour beaucoup d’animaux dont de très nombreux oiseaux. Un événement avec de nombreux coureurs peut donc déranger le cycle reproductif des animaux aux alentours. Il convient d’accorder une attention particulière au choix de la date lors de l’organisation d’une course. Pour cela, les organisateurs doivent se renseigner sur les différents animaux présents sur le tracé et affectés par celui-ci pour minimiser les possibles dérangements.

Un événement peut donc déranger le cycle reproductif des animaux aux alentours Click To Tweet

En dehors des saisons, un second problème de temps se pose. Si les environnements traversés par les trails sont plutôt calmes en journée, la nuit, la faune reprend ses droits. La pratique nocturne s’avère bien plus dérangeante pour la faune aux alentours et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, un simple problème d’heures activités qui rend le passage d’un trail plus dérangeant. Les cadres naturels traversés par les trails abritent souvent des animaux plutôt nocturnes. D’autre part, les lampes frontales utilisées lors des courses de nuit effraient les animaux notamment les troupeaux.

Pas touche à ma Clif !

En effet, un autre enjeu de taille d’un trail, surtout pour ceux comme l’UTMB dont le tracé est en zone de montagne est l’interaction entre les coureurs et les troupeaux domestiques. Il arrive parfois que les coureurs traversent un enclos ou un pré. Ils doivent en refermer les clôtures après leur passage, ce qui n’est pas toujours fait. Le passage d’une masse de coureurs peut aussi rendre anxieux les troupeaux.

Finalement, les troupeaux ont souvent des tendances gloutonnes. Ils tendent ainsi à se nourrir des déchets laissés derrière eux par les coureurs trop pressés. Cela peut entraîner divers problème, jusqu’à la mort de l’animal en cas d’ingestion et d’étouffement avec des emballages plastiques ou opercules de gels.

Si tel est votre souhait, on mènera l’enquête concernant les effets d’une ingestion de gels énergétiques par une vache. On dressera le portrait de Matty, la vache accro aux Clifbar crunchy peanut butter. Si vous voulez participez à l’édification de la bête, pensez à enlever tout emballage avant de donner une Clif à Matty !

Impact écologique d'un trail
Impact écologique d’un trail – Sur les traces des trailers. Source : Des Bosses et des Bulles

Le cauchemar des déchets

Enfin, pour conclure cette liste d’impacts on a choisi de consacrer une catégorie entière aux déchets. Les déchets sont les plus grands contributeurs à l’ impact écologique d’un trail. C’est pourtant un problème facilement évitable. Voyons comment !

Impact écologique d'un trail
Impact écologique d’un trail – Les barjots du ravito. Source : Des Bosses et des Bulles

Des packagings conçus sans considération pour l’environnement

Le premier problème se pose avec les packagings des produits utilisés par les runners comme les gels énergétiques, les barres ou les boissons isotoniques. La plupart de ces produits sont distribués dans des emballages à usage unique. Le déchet retrouvé le plus souvent sur les tracés de trails est ainsi l’opercule de gels énergétiques. Il est suivi de près par l’entame des emballages plastiques des barres. C’est en relayant ce genre de problème que nous pousserons les fabricants à inclure une réflexion sur l’usage réel des produits qu’ils distribuent et ses conséquences sur l’environnement dans la phase de conception de leur packaging. Les packagings des produits de nutrition sportives impactent donc grandement l’ impact écologique d’un trail.

Déchet le plus courant sur un #trail : l’opercule de gels énergétiques 1/3 Click To Tweet 2e déchet le plus courant sur un #trail : entame des emballages des barres... 2/3 Click To Tweet Pousser les fabricants à adopter des packagings plus écologiques : #ecopackaging 3/3 Click To Tweet

Le problème des déchets « naturels »

De plus, sur les trails longues distances un problème émerge. En effet, il a été prouvé que les excréments et les urines humaines contiennent du nitrogène et du phosphore… Leur concentration est assez significative pour avoir un impact sur la croissance des plantes et de la végétation environnante. Même les déchets organiques contribuent à l’ impact écologique d’un trail. Concomitant avec le problème de la dégradation des selles vient celui de la dégradation de ce qui accompagne les selles : mouchoirs, papiers toilettes, serviettes hygiéniques… Dans le cadre de l’étude menée aux Etats-Unis et en Australie citée en début d’article, des restes de papier toilettes ont été retrouvés jusqu’à un an après leur émission sur certains tracés. Finalement, la présence de selles aux alentours des tracés de trail peut aller jusqu’à dégrader la qualité de l’eau des réserves aux alentours. Les selles sont vectrices de pathogènes.

Enfin, la répartition géographique des déchets a également son importance : les déchets ont tendance à être concentrés à certains endroits sur le tracé, notamment après les points de ravitaillement. Il a également été observé empiriquement que les coureurs ont tendance à se décharger avant d’entreprendre des descentes en col. Ces zones désormais connues devraient systématiquement faire l’objet d’efforts redoublés.

Conscients des problèmes, nous pouvons maintenant voir ce qui est déjà en marche pour y faire face et réfléchir aux pistes futures.


Réconcilier trail et environnement

Faire le point sur les enjeux écologiques et environnementaux d’un trail est essentiel, cela permet d’avoir une vision plus pragmatique de l’ensemble de l’écosystème. Cependant, s’arrêter à un simple constat de l’ impact écologique d’un trail serait stérile. Fort heureusement il existe déjà des initiatives qui ont pour objet de mettre ces questions sur le devant de la scène et afin de proposer des solutions concrètes.

L’Ecotrail de Paris 

impact écologique d'un trail
L’ impact écologique d’un trail – Ecotrail de Paris

Certains trails se penchent déjà très sérieusement sur leurs différents impacts écologiques. On compte parmi eux, le trail de Paris avec son projet Ecotrail. Le visuel résume les 10 éco-gestes qui visent à instaurer quelques bonnes pratiques. Par exemple le gobelet unique et réutilisable ou la pochette à déchet sont obligatoires.

.@EcoTraildeParis réfléchit à son impact environnemental grâce à 10 éco-gestes Click To Tweet

Au-delà de ces engagements que le trail essaie de faire adopter par les coureurs, des initiatives sont prises par l’organisation du trail elle-même pour réduire l’impact de celui-ci.

Grâce à un partenariat avec Eau de Paris, les coureurs ont accès à des points d’eau sur le parcours et à l’arrivée avec l’aide de la SEDIF (Syndicat des Eaux d’Ile de France). Des toilettes sèches sont utilisées pour éviter les défécations sauvages et les dégâts qu’elles engendrent. Un autre partenariat avec Phenix, une entreprise sociale, assure le meilleur usage des surplus alimentaires générés par l’événement. Ils sont redistribués à des associations caritatives. Un tri des déchets est également organisé afin d’en faciliter le recyclage. Différents partenariats ont été noués pour assurer le recyclage ou la redistribution de tout matériel sportif à l’occasion de l’événement : l’association Africa Run organise une collecte de matériel running en bon état d’usage pour leur donner une seconde vie tandis que la Recyclerie Sportive collecte tout type de matériaux sportifs et assure des ateliers d’autoréparation, d’accueil et de conseil.

Cette initiative apporte de nombreuses réponses aux problèmes écologiques posés par les trails comme la gestion des déchets ou des toilettes. Néanmoins, il y a encore peu d’intérêt autour de l’impact des trails sur les sols, même de la part des grands événements qui réunissent des foules importantes.

L’Ultra Trail du Mont Blanc

En dehors des différents labels, il y a des organisateurs qui sont conscients de l’impact écologique et environnemental des trails et qui mettent en œuvre de nombreuses stratégies pour les limiter. L’UTMB est parmi l’un des premiers, préoccupé par la préservation du site unique qu’offre le trail. Retrouvez les différentes idées mises en place par l’UTMB dans cette vidéo de 25 minutes mise en ligne par Ultratrail TV :

L’environnement comme priorité

Face aux foules sans cesses plus conséquentes qu’il attire, l’équipe d’organisation devait agir. Ils ont mis en place un système de point pour sélectionner les coureurs. Mais du point de vue environnemental, une foule ne peut être sans impact. C’est pourquoi l’UTMB a fait de l’environnement une priorité.

Le trail est pionnier dans la gestion de certaines questions environnementales importantes, comme les interactions entre les trailers et les troupeaux. Les agriculteurs sont prévenus en amont du passage d’une course. Avec simplement un peu d’information, ils peuvent déjà prendre leurs dispositions. En outre, la signalétique du tracé permet de distribuer des informations aux coureurs afin de les sensibiliser.

.@UTMBMontBlanc est pionnier dans la gestion de son impact écologique Click To Tweet

Le trail a également une équipe d’ambassadeurs de l’environnement dont la mission est de nettoyer le tracé en amont tout en faisant un état des lieux. Pendant la course, ils sensibilisent les coureurs aux questions environnementales liées aux trails telles que la gestion des déchets. Après la course, ils réalisent un inventaire des déchets collectés. Leur décompte systématique permet de mesurer la progression de leurs efforts d’une année sur l’autre et de chiffrer l’impact écologique du trail.

Des initiatives simples mais efficaces

L’utilisation des filets à déchet ainsi que le gobelet réutilisable unique ont été rendue systématique. Pour limiter la concentration des déchets après les points de ravitaillement, les poubelles sont désormais annoncées par la signalétique ; les coureurs sont invités à se séparer de tous leurs déchets à la dernière poubelle après le ravitaillement et la prochaine poubelle leur est annoncée.

Des initiatives prises par les organisateurs de trail, surtout par un trail aussi connu et mythique que l’UTMB redonne confiance dans le monde de trails. Néanmoins, tout n’est pas rose et un grand effort de sensibilisation des coureurs et des organisateurs reste à faire. Il y a toujours de très nombreux déchets produits après le passage d’un trail. C’est pourquoi les initiatives écologiques doivent être encouragées d’autant plus afin que les bons réflexes deviennent la norme.

L’engagement de milepaKr

Sur milepaKr, on a la possibilité de s’adresser aux coureurs et aux organisateurs simultanément. On a donc décidé d’utiliser cette chance unique pour mettre en avant la question environnementale. C’est pourquoi notre système de notation permet de donner son avis sur l’impact écologique des trails que nous courrons. On espère ainsi faire de l’ impact écologique d’un trail la question centrale qu’elle devrait être. Notre espoir est que la pratique des sports outdoor se fasse en harmonie avec les paysages uniques qui lui offrent son cadre. En accordant une large place aux questions écologiques dans notre système de notation on veut donner aux coureurs l’opportunité d’échanger avec les organisateurs sur ces thématiques. Pour milepaKr comme pour vous, le respect de l’environnement est un critère important lors de la sélection d’un trail.

Faire de l’impact écologique d’un #trail la question centrale qu’elle devrait être Click To Tweet

Le trail a eu des débuts assez discrets, lorsqu’il était la pratique de quelques initiés amoureux de la nature. Néanmoins, de plus en plus de coureurs sont des urbains pour qui les trails sont l’occasion de retrouver la nature. Il convient cependant de s’assurer que les bonnes habitudes soient partagées par tous. Le maximum doit être fait pour que les trails se déroulent dans le respect de l’environnement. On espère que cet article aidera les organisateurs à réaliser les enjeux majeurs pour réduire l’impact écologique de leurs trails. Sans oublier les coureurs, qui peuvent y découvrir quelques bonnes pratiques à adopter. Le tout facilitera le travail des bénévoles tout en préservant l’environnement du trail.

Impact écologique d’un trail – Sources

Pour ceux qui veulent aller plus loin et comprennent l’anglais voici quatres études qui vous aideront à approfondir :

Pour aller plus loin, lisez nos articles d’analyse

Vous avez aimé cet article ? Dites nous merci en le partageant avec les boutons ci-dessous et les bandeaux dans l’article.

Partager

Comment évaluer et limiter l’impact écologique d’un trail ?