Les fun runs, ces courses qui explorent des horizons nouveaux

Recevoir des projections colorées, ramper dans la boue, traverser des tunnels dans le noir ou avec des illuminations envoûtantes, éviter des obstacles conçus de petits rondins et barbelés… Pas besoin d’aller jusqu’au bout du monde pour vivre une aventure hors du commun. Ces dernières années, les sportifs les plus téméraires peuvent participer à des compétions d’un genre nouveau : les Fun Runs.

Un autre modèle de course

Mud Day, Spartan Race, Color Day, Frappadingue, Got Balls, Electric Day… Le concept rencontre un vif succès et ne cesse de se dériver sous de nouvelles formes. Chaque course présente ses spécificités mais le modèle reste plus ou moins le même : les courses se déroulent sur un parcours modeste (entre 5 et 12 km généralement) pour être accessibles aux amateurs et proposent des animations uniques. Cela va d’obstacles en tout genre à des animations, costumes, musiques… L’ambiance exceptionnelle est un des moteurs du succès des fun runs : souvent organisées en fin de journée, la course n’est que le début d’une longue soirée.

Les fun runs se posent en alternative aux courses pédestres classiques qui peuvent être ennuyeuses pour les non-initiés. Au-delà du défi physique et de la pression du chrono, elles permettent de s’amuser dans une ambiance décontractée.

fun runs - ColorRun
The Color Run

Pour un nouveau type d’athlètes

La clientèle des fun runs n’est clairement pas la même que celle des courses à pieds et trails classiques. Le phénomène est encore récent, les chiffres sont donc assez rares. Néanmoins on peut d’ores et déjà affirmer que le profil type du participant d’une fun run est atypique.

En effet, on compte dans les fun runs en moyenne 30 % de femmes pour seulement 18 % sur un marathon classique. L’âge moyen est une dizaine d’année plus faible que les 40 ans du marathonien. Enfin, le chiffre le plus parlant : 50 % des participants sont des coureurs réguliers contre 100 % pour un marathon.

Cette nouvelle population de coureurs, plus jeune et féminine permet aux organisateurs d’attirer des sponsors rarement vus sur les courses classiques. L’ambiance festive des fun runs permet aux marques d’échanger avec une population jeune dans une ambiance décontractée. Ainsi, la Color Run de Paris a attiré comme sponsor des marques telles Lipton ou Stabilo.

Un concept qui a traversé la manche

C’est en Grande-Bretagne que l’idée des fun runs est née. Au nord-ouest de Birmingham, la Tough Guy attire des foules depuis 1987. Elle est présentée comme plus dure que les entraînements militaires les plus intenses. Ce sont désormais plus de 7 000 athlètes qui relèvent le défi deux fois par an.

Fun Runs - La Frappadingue
La Frappadingue

Le phénomène s’est par la suite répandu aux Etats-Unis avec des courses comme la Tough Mudder avant d’arriver en France en 2010. La Salicorne, une course dans la réserve naturelle de la baie de Canche a été un précurseur. Elle proposait déjà quelques obstacles, très appréciés des athlètes. L’organisateur, Marc Devins, a donc décidé de multiplier les obstacles. Cela a donné naissance à la Frappadingue. Le public a été au rendez-vous et la concurrence ne s’est pas fait attendre.

Aujourd’hui, les fun runs sont sans cesse plus nombreuses en France. Plus rentables qu’une course classique, elles attirent de nombreux organisateurs. Ils restent plutôt avares en chiffre et ne s’empressent pas à communiquer leurs bénéfices.

Une course onéreuse mais une expérience qui vaut le coût

Une des principales critiques faites au fun runs est leur prix. En effet, ramené au kilomètre il peut sembler excessif par rapport à des courses plus classiques. Par exemple, le Mud Day de Paris coûte 75 € par personne pour 13 km. Il est deux fois plus cher que le marathon de Paris – au kilomètre – qui n’est pourtant pas réputé pour être la course la plus accessible. Néanmoins, la comparaison est-elle vraiment pertinente ? Certes, marathon de Paris et Mud Day sont tous deux des courses à pieds, mais les points communs s’arrêtent là.

fun-runs-RunAndMix
Concert à la Run and Mix de Marseille

En effet, les raisons qui poussent les participants à s’inscrire à ces épreuves divergent. Si l’on court le marathon de Paris pour le plaisir du dépassement de soi et le plaisir de pouvoir s’afficher comme finisher, on s’inscrit à une fun run avant tout pour s’éclater. De plus, les fun runs ne sont pas des simples courses, ce sont de véritables sorties à part entière. Elles nécessitent des installations conséquentes. Des concerts et des fêtes sont systématiquement organisés avant ou après les fun runs. Ainsi, si l’on veut comparer les tarifs d’admission d’une telle course, ne serait-il pas plus pertinent de les mettre en relief par rapport à quelque chose qui répond au même besoin ?

Si 40 € peuvent paraître excessif pour une course de 5 km, le sont-ils pour une expérience sonore et lumineuse de 5 km avec une fête avant l’épreuve et un concert après celle-ci ? Enfin, il convient de rappeler que les fun runs attirent une clientèle radicalement différente de celle des courses classiques. Elles constituent ainsi un loisir sain, une promotion originale pour l’activité physique.

On se quitte sur une présentation des fun runs les plus populaires.

Tour d’horizon des fun runs

La Frappadingue

Une des premières courses à avoir importé le concept des fun runs en France, la Frappadingue a été créée en 2010 par Marc Devins. Elle propose un parcours de 12 km comprenant une trentaine d’obstacles. Le succès est au rendez-vous et plusieurs éditions sont désormais organisées dans toute la France.

Color Run

C’est sans doute l’une des fun runs les plus célèbres grâce aux photos intrigantes qui y sont produites. Le concept est simple : un t-shirt blanc qui vous est offert au départ pour une course de 5 km. À chaque kilomètre, les coureurs passent par une « Color Zone » où des bénévoles les colorent avec une poudre. La règle est simple : finir la course le plus bariolé possible. Lisez notre article sur la Color Run d’Echternach.

Mud Day

La Mud Day est une course de 13 km avec plus d’une vingtaine d’obstacles. Sa spécificité, comme son nom l’indique est la présence de boue, voire parfois même de glace, d’eau ou d’électricité. Le succès est massif : plus d’une douzaine de Mud Days sont prévues cette année en France et l’événement s’internationalise avec l’ouverture des inscriptions pour l’Espagne, la Suisse et la Belgique.

Spartan Race

Fun Runs - Spartan Race
Spartan Race

Il s’agit de l’une des plus exigeantes des fun runs. L’idée a émergé d’un groupe composé de 7 athlètes et un Marine. C’est une course à obstacle qui incorpore des épreuves physiques de force et d’endurance dans un environnement auquel les coureurs ne sont pas habitués : feu, boue, barbelés… Un véritable champ de bataille ! Plusieurs niveaux de difficultés sont proposés mais gare à ne pas se surestimer : Sprint (~5 km et 20 obstacles), Super (~13 km et 25 obstacles) ou Beast (~19km et 30 obstacles).

Les plus téméraires peuvent se lancer dans les Spartan Races d’endurance. L’Ultra Beast avance un parcours digne d’un marathon avec 42 km et plus de 60 obstacles. Enfin, si ça n’est toujours pas assez, il vous reste l’Agoge, un défi de 48 heures seulement en hiver (miséricorde) ou 60 h en été. Selon l’organisateur, il fera de vous un véritable spartiate qui a incorporé le code d’honneur de cette fière nation.

Bay to Breakers

fun runs - BayToBreakers
Un échantillon de déguisements à la Bay To Breakers

Il s’agit d’une course plus que centenaire : organisée depuis 1912 à San Francisco, elle attire plus de 50 000 participants et deux fois plus de spectateurs. C’est une course où l’ambiance love et fun règne. Les costumes excentriques et colorés portés par les coureurs contribuent grandement au succès de l’événement : une Gay pride en accéléré.

Electric Run (photo de couverture)

L’Electric Run est une course de 5 km by night animée par des jeux de lumières, de la musique électro et un énorme concert. Les 5 km se font à allure libre : sur le tracé, plusieurs mondes sont à découvrir. D’un coté, des arbres fluorescents qui changent de couleur en rythme avec la musique. De l’autre des tunnels avec silhouettes et motifs lumineux qui dansent sur les parois. Avant le départ de la course à la nuit tombée, une before géante est organisée. Après la course, ce sont des DJs qui prennent le relais. Vous l’aurez compris, l’Electric Run, c’est autant une course qu’un spectacle sonore, visuel et musical.

Run For Your Lives

Véritable course de survie, elle propose un parcours de 5 km parsemé de zombies et autres créatures affamées qui tentent de ralentir les athlètes et de leur dérober leurs vies – des drapeaux attachés à leur ceinture. Le but est de réussir à finir la course indemne avec au moins un drapeau. Au crépuscule, la course laisse place à une soirée peuplée de créatures de la nuit ; une ambiance digne d’un clip de Michael Jackson.

RunDisney

fun runs - RunDisney
Chewbacca en tête d’une Run Disney spéciale Star Wars

À défaut d’achever cet article avec une licorne, on laisse la place pour un peu de magie. Le premier semi-marathon de Disneyland aura lieu en septembre prochain. Ouverte depuis Février, les inscriptions ont rencontré un franc succès : ils seront plus de 20 000 à courir autour du château de la Belle au bois dormant.

Ceux qui sont prêts à voyager un peu peuvent même prendre part à un marathon Star Wars ! La liste des RunDisneys est consultable ici. 

Les fun runs, ces courses qui explorent des horizons nouveaux #running Click To Tweet

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager avec les boutons ci-dessous et le bandeau ci-dessus : pour chaque partage, l’écureuil de milepaKr gagne une noisette !

Partager

Les Fun Runs